L’HISTOIRE DE L’ÉGLISE

En 1770, au début de la colonisation de notre région, le seigneur Louis-Eustache Lambert-Dumont donne un terrain au confluent de la rivière des Mille-Îles et de la rivière du Chêne, pour y construire la première église de Saint-Eustache. Construite entre 1780 et 1783, cette église a été rallongée par une nouvelle façade en 1833.

L'histoire

Le 14 décembre 1837, cette même église sert de refuge aux Patriotes menés par Jean-Olivier Chénier. Attaquée par l’Armée britannique, l’église est bombardée d’environ 200 boulets de canon. Les murs de pierre résistent tout de même à l’assaut des troupes du général Colborne. Celui-ci décide d’incendier l’église pour forcer les Patriotes à quitter leur forteresse. L’église est ravagée par les flammes, seuls les murs de pierre restent debout. Chénier et environ 70 Patriotes perdent la vie lors de l’affrontement.

La bataille de Saint-Eustache représente la fin de l’espoir des Patriotes de voir triompher les idéaux démocratiques qu’ils revendiquent pour notre patrie. Leurs successeurs ont cependant obtenu un gouvernement responsable et représentatif de la population quelques années plus tard.

En 1841, Mgr. Bourget bénit l’église de Saint-Eustache reconstruite sur ses anciens murs.


Conservation de l’église Saint-Eustache, création de la fondation Sauvegarde église historique de Saint-Eustache et mise en valeur du site


Vicki Onufriu

Historienne et auteur de l'argumentaire


Préposée aux prêts en bibliothèque et historienne
Membre de la Société d’histoire régionale de Deux-Montagnes (SHRDM)
Vice-présidente de la Société d’histoire et de généalogie de l’île Jésus (SHGIJ)
Domaine de recherche en histoire : les Protestants anglophones au nord de Montréal et dans les Basses-Laurentides

1

L’église Saint-Eustache a été construite entre 1780 et 1783, et une partie de ses murs d’origine en pierre sont encore présents, ce qui en fait un des bâtiments les plus anciens de Saint-Eustache, avec le Moulin Légaré et une ou deux résidences privées. Ce sont les seuls bâtiments érigés au XVIIIe siècle qui ont subsisté jusqu’à nos jours.


2

En Nouvelle-France, le régime seigneurial était le système de concession des terres en vigueur; une seigneurie n’était pleinement fonctionnelle que si le moulin à farine et l’église étaient construits. En 1770, le seigneur Louis-Eustache Lambert-Dumont octroie une parcelle de terre à la Fabrique, au confluent de la rivière des Mille-Îles et de la rivière-du-Chêne, là où l’église sera construite quelques années plus tard. En remerciement, la paroisse sera nommée « Saint-Eustache » en l’honneur du seigneur Lambert-Dumont. Par la suite, le village puis la ville prendront le même nom que la paroisse. On peut donc dire que la construction de l’église est à l’origine même du fondement de Saint-Eustache.


3

L’église Saint-Eustache est située au cœur même du Vieux-Saint-Eustache, le long de la rue Saint-Louis et faisant face à la rue Saint-Eustache. Elle fait partie d’un ensemble institutionnel comprenant aussi le presbytère, l’ancien couvent devenu la mairie, et l’école Notre-Dame qui remplace l’ancien manoir seigneurial. Les quatre bâtiments encadrent la Place publique, lieu de rencontre traditionnel des paroissiens et des citoyens. Les tours de clocher et ses flèches montent très haut au-dessus du quartier : l’église domine tous les autres bâtiments et est repérable de loin, comme autrefois quand c’était le bâtiment le plus important du village. On constate que le bâtiment de l’église Saint-Eustache est la base même de la trame architecturale de Saint-Eustache.


4

L’église Saint-Eustache est reconnue comme étant « l’église des Patriotes ». Les Patriotes sont des Canadiens français et anglais revendiquant leurs droits et libertés. Le 14 décembre 1837, ils sont menés par le docteur Jean-Olivier Chénier et cherchent refuge dans l’église lorsque l’Armée britannique et des miliciens volontaires les attaquent. Leur siège dure pendant plusieurs heures. L’armée bombarde l’église de nombreux coups de canon, puis des soldats y mettent le feu. Des Patriotes s’échappent du brasier, mais beaucoup se font fusiller. 70 Patriotes sont tués au cours de la bataille. L’église est en ruines, ne reste que les murs extérieurs en pierre, et sa façade porte les marques de boulets de canon. Le bâtiment est reconstruit au cours des années 1840 en gardant ces mêmes murs. L’église Saint-Eustache représente donc un témoin important de l’établissement des valeurs démocratiques au Québec et au Canada.


5

L’église Saint-Eustache est un exemple d’un patrimoine religieux intact. Selon le Répertoire du patrimoine culturel du Québec, elle témoigne aussi des transformations couramment apportées aux lieux de culte afin de les adapter aux besoins de la paroisse et de les mettre au goût du jour. Construite entre 1780 et 1783, l’église Saint-Eustache subit ses premières modifications importantes de 1831 à 1833, alors que la nef est allongée vers l'ouest. Ces travaux d'agrandissement sont également l'occasion de doter le lieu de culte d'une façade-écran monumentale d'inspiration néoclassique. Ce type d'aménagement, courant dans la première moitié du XIXe siècle, permet de masquer l'architecture plus traditionnelle des églises existantes et de leur conférer un aspect imposant. La façade de l'église de Saint-Eustache reprend un modèle populaire à cette époque, caractérisé par la composition sur deux registres présentant chacun un ordre classique, la division en cinq travées et la présence de deux tours latérales surmontées de clochers. Un autre type d'agrandissement fréquemment utilisé pour les églises en croix latine, comme celle-ci à l'origine, consiste à élargir la nef en élevant de nouveaux murs latéraux dans l'alignement des tours et du transept. De tels travaux sont exécutés à l'église de Saint-Eustache de 1905 à 1907, selon les plans de l'architecte Joseph Sawyer (1864-1941). L'église reflète donc l'évolution architecturale qui caractérise plusieurs églises catholiques du Québec construites aux XVIIIe et XIXe siècles.


6

Selon le Répertoire du patrimoine culturel du Québec, l'église de Saint-Eustache présente également un intérêt pour sa valeur artistique. Son décor intègre plusieurs oeuvres réalisées par des artistes et des artisans de renom. Depuis le début du XXe siècle, une statue représentant saint Eustache sculptée par Olindo Gratton (1855-1941) orne le sommet de la façade. À l'intérieur, le maître-autel installé vers 1852 a été conservé. Le décor intérieur comprend d'autres éléments d'intérêt, dont des toiles marouflées d'Ippolito Zapponi, de Louis Vandandaigne Gadbois, de Georges Delfosse (1869-1939) et de Narcisse Poirier (1883-1983). Les modifications que l’église Saint-Eustache a subies n’ont donc pas affecté son intégrité architecturale, comme d’autres églises qui ont été « épurées » suite au deuxième Concile du Vatican, dans les années 1960.


7

L’acoustique de l’église Saint-Eustache est reconnue comme l’une des meilleures au monde. L’Orchestre symphonique de Montréal y a d’ailleurs enregistré tous ses disques pendant de nombreuses années.


8

À cause de son histoire et de l’importance de son patrimoine, l’église Saint-Eustache est classée monument et site historique en 1970 par le Gouvernement du Québec, puis depuis 2013 par le Gouvernement du Canada (annonce faite en 2015). L’inventaire des lieux de culte du Québec, réalisé par le Conseil du Patrimoine religieux du Québec, a noté l’église avec un statut d’importance « supérieure (C)» dans la hiérarchisation régionale. L’aire de protection s’étend par un rayon de 500 pieds autour de l’église. Des fouilles archéologiques ont aussi été effectuées en 2003, car l’ancien cimetière paroissial (1768-1866) se trouve sur le côté Est de l’église. De plus, onze Patriotes décédés en 1837 ont été inhumés sur le côté Ouest de l’église, dans le cimetière des enfants morts sans baptême.


9

Peu importe la religion pratiquée par les gens d’aujourd’hui, ou même s’ils ne pratiquent pas, ce qui compte c’est le sentiment religieux et la fierté exprimées par les pionniers venus s’établir dans la région, lorsqu’ils ont décidé de bâtir cette église. L’église Saint-Eustache a célébré de nombreux baptêmes, mariages et funérailles pour tous ses paroissiens, depuis plusieurs générations. Ces célébrations ont apporté bonheur, espoir et réconfort aux gens. Les descendants des anciens paroissiens ont ensuite peuplé tout le continent américain. À chaque année, plusieurs viennent faire un pélerinage pour admirer l’église de leurs ancêtres. Comme eux, nous choisissons d’exercer un devoir de mémoire quand nous décidons de sauvegarder notre patrimoine religieux.


10

La fondation « Sauvegarde église historique Saint-Eustache » a été créée dans le but de recueillir des fonds pour restaurer le bâtiment de l’église Saint-Eustache. Notre fondation n’est pas gérée par la Fabrique. L’argent que nous recueillons ne remplace pas la dîme; cet argent ne contribue pas au soutien de l’oeuvre catholique dans la paroisse Saint-Eustache. Il nous semble qu’il ne soit pas juste que les paroissiens de Saint-Eustache assument à eux seuls le fardeau des travaux de restauration nécessaires à la pérennité de leur église. Comme elle est classée monument et site historique par les gouvernements fédéral et provincial, notre église est en droit de recevoir des subventions des deux paliers de gouvernements, et l’existence de la fondation en facilite la procédure de transfert des fonds. Ainsi les gouvernements ne donneront pas d’argent pour soutenir l’Église catholique, mais pour restaurer un bâtiment historique. Également, les personnes qui désirent soutenir la restauration du patrimoine religieux plutôt que de soutenir le culte catholique, auront le choix de contribuer à notre fondation.


11

La fondation travaille à assurer la restauration de l'église et sa mise aux normes de même qu'à la mise en valeur du site, dont la réalisation du centre d'interprétation qui constitue un projet phare.


Pour plus d'informations et des images historiques, regardez la présentation vidéo ci-dessous.

L'Église St-Eustache : Un lieu de mémoire à sauvegarder par Vicky Onufriu